Feux d’automne

Ils se sont mis à marcher vraiment. A bloquer les ronds-points, les raffineries, les centres commerciaux. Le prix des gilets fluo a commencé à grimper. Tout le monde attendait l’explosion depuis longtemps. Tout le monde était d’accord pour dire que c’était génial. Mais au fond, personne ne voulait la même chose.

– « Enfin, Macron va partir », disaient les uns.
– « Enfin, le capitalisme va mourir », disaient les autres.
– « Enfin, on va en finir avec ce président de gauche », disaient les uns.
– « Enfin, on va en finir avec ce président de droite », disaient les autres.
– « Enfin, on va changer de chef », disaient les uns.
– « Enfin, on va abolir les chefs », disaient les autres.
– « Enfin, on va être libérés de ces impôts et pouvoir s’acheter une seconde maison », disaient les uns.
– « Enfin, on va pouvoir vivre dignement », disaient les autres.
– « Enfin, on va en finir avec cette pensée unique féministe, antiraciste et écologiste », disaient les uns.
– « Enfin, on va pouvoir être vraiment féministes, vraiment antiracistes et vraiment écologistes », disaient les autres.
– « Enfin, on va être augmentés », disaient les uns.
– « Enfin, on va abolir le travail », disaient les autres.
– « Enfin, on va pouvoir inscrire nos gosses dans l’école qu’on veut », disaient les uns.
– « Enfin, l’équité scolaire sera assurée », disaient les autres.
– « Enfin, on va pouvoir faire de l’oseille avec le gaz de schiste », disaient les uns.
– « Enfin, on va arrêter de s’empoisonner avec l’agriculture productiviste », disaient les autres.
– « Enfin, on va pouvoir arrêter de payer le RSA de ces parasites », disaient les uns.
– « Enfin, on va pouvoir obliger les riches et les multinationales à payer des impôts », disaient les autres.
– « Enfin, on va sortir de l’Union européenne », disaient les uns.
– « Enfin, on va sortir de l’Union européenne », disaient les autres.
– « Enfin, on va être débarrassés de la démocratie », disaient les uns.
– « Enfin, on va pouvoir redonner le pouvoir au peuple », disaient les autres.
– « Enfin, on va retrouver notre nationalité », disaient les uns.
– « Enfin, on va retrouver nos services publics », disaient les autres.
– « Enfin, les gauchistes vont manger leurs semelles », disaient les uns.
– « Enfin, les capitalistes vont manger leurs semelles », disaient les autres.
– « Enfin, on va pouvoir se débarrasser du communisme gaullien », disaient les uns.
– « Enfin, on va pouvoir établir le socialisme », disaient les autres.
– « Enfin, on va s’amuser », disaient les uns.
– « Enfin, on va être heureux », disaient les autres.
Image de une : détail de « La fête à Neuilly » de Roger Bissière, 1956
2018-12-18T12:48:19+00:00

Leave A Comment