Il paraît qu’on l’a bien cherché

///Il paraît qu’on l’a bien cherché

On me demande dans la vie d’après

Ce qui me ferait plaisir

Je ne peux répondre à cette question

De manière claire et concise

L’horizon est troublée

En général et en particulier

Qui sait, dans quelques mois

Peut-être serais-je quelqu’un d’autre

Qui sait ce qu’il peut se passer d’ici là

Le meilleur et le pire

Le futur en ligne de mire

Très mauvaise stratégie

Si l’on souhaite discontinuer

Si l’on veut bifurquer

Après tout, pourquoi parler de l’après ?

Alors qu’on peut réfléchir au pendant

Sous nos yeux un basculement

S’opère lentement

Nous voici dans les confins de nos appartements

Presque à toute heure de la journée

Sans connaître précisément

La date du début du jour d’après

 

Les amoureux des pétitions

Subdivisés en petits escadrons

Demandent des signatures

Promettent des jours meilleurs

Sans rature

Co-signent des tribunes

Humanistes, radicales, désunies

Les fachos en herbe appelleront

Quelque Superman au pouvoir

Sans nous demander notre avis

Dans l’organisation de noces barbares

Dont nous paierons l’addition

Quant à Macron, que dire de plus

Désormais, même les autobus

Refusent de porter son nom

 

Il paraît que l’avenir est grognon

Lui aussi, il ne lâche rien

Mais pour l’instant, il est trop loin

Pour être un dévoué compagnon

On pourrait lâcher la grappe à demain

Et s’occuper de nos vendanges

Journalières, régulières

Grave erreur que d’attendre demain

Sans le fabriquer selon nos besoins

L’améliorer avant usurpation

En lui essuyant le mascara

Mascarade éternelle au sommet de l’État

Que dire de ces gens-là qui prévoient l’addition

Avant même d’avoir saisi la commande

Moins de biens, plus de liens

Nous ne lâcherons rien

Mais n’oublions pas de dormir un peu dans le train

Dont on ne connaît pas le terminus

Cette gare pourrait être

Farfelue, ingénue

Elle est pour l’heure inconnue

Des dizaines de conducteurs s’écharpent dans la locomotive

Pour bien peu de destinations

Seconde classe pour tout le monde

Pas très cossu, ce train

Toilettes bouchées, fauteuils dépareillés

Cure d’austérité

À ce qu’il paraît, on l’a bien cherché

2020-04-27T13:14:47+02:00

Leave A Comment