La pâte à barbelés

///La pâte à barbelés

Cette nuit j’ai rêvé

Que je déjeunais tard

De quelques barbelés

Avant un cours d’histoire

Retombé en enfance

En pré-adolescence

Sans penser plus à rien

Je dégustais cette ferraille

Sous un vent estival

Une atmosphère ouatée

Dans une cour de récré

Remplie de camarades

Tous plus petits que moi

Bon appétit à toi

Moins initiés que moi

Aux plaisirs de la vie

 

Et je séchais les cours

Et je déambulais

Armé d’un fil de fer

Tout entier ingéré

Avec gourmandise

Face à mes camarades

Je n’ai qu’une devise

Celle de rendre la vie

Plus exquise qu’elle ne l’est

Celle de ne pas se priver

Des petits bonheurs cachés

Piquants et irisés

Manufacturés

Pour oublier le mal

Et pour oublier tout

Cuisiner une haie

Déguster une ronce

Avaler un trottoir

Lécher un réverbère

Et faire rissoler

Des morceaux de barbelé

Et son lot de châtaignes

Une fois débranchés

Ceux-ci deviennent aimables

Faciles à ingérer

Moins faciles à mâcher

 

Personne ne m’accompagne

Durant ce long goûter

Rude comme le désespoir

De la fin d’un été

Et j’ai mâché, gobé

La pâte à barbelés

Et en déglutissant

Je me suis rendu compte

Que les pointes frottaient

Que les dents s’irritaient

Que ma poitrine flambait

Et que mes camarades

Assez peu rassurés

Incrédulité

Me regardaient souffrir

Peiner à respirer

En gardant le sourire

Le sourire de celui

Qui a tout oublié.

2022-01-04T18:53:46+02:00

Leave A Comment