Refusé à l’office de tourisme de Saint-Ouen

///Refusé à l’office de tourisme de Saint-Ouen

Vieux meubles de province et pistolets à billes

Littérature allemande et camelots habiles

Se donnent rendez-vous aux puces de Saint-Ouen

Et leurs mille couleurs qui rompent le quotidien

 

À travers les allées tortueuses et brillantes

Entre les bilboquets et les soldats de plomb

Les surplus militaires et les canapés ronds

La clientèle court s’alléger de ses rentes

 

Chaque objet resplendit, dix fois plus cher qu’ailleurs

Mais près des portes grouillent mendiants et dealers

Le luxe de Bauer s’éteint à Clignancourt

Où quelque voleur s’adonne à la chasse à courre

 

Au centre de Dauphine, une soucoupe volante

Trône, jamais achetée, constamment indolente

Les hublots entrouverts semblant vous inviter

Pour une garden-party de la modernité

 

Au marché Jules Vallès les bobos boivent des coups

S’enfilent des beefsteaks et rêvent à feux doux

Tandis que les tristes murailles du périph’

Protègent les banlieusards qui refourguent leur kif

 

Entre les devantures les langues se délient

Se font et se défont des amis, des ennemis

Parfois quelque sorcière venue des temps anciens

Dans les vapeurs d’encens propose de lire une main

 

Cauteleuses ruelles qui voient se réunir

Le bourgeois de Tokyo, le pauvre de Bondy

Toutes les fins de semaine elles fourmillent de présages

Qui donnent à Saint-Ouen de fabuleux visages

 

Dans une longue rue, une antique librairie

Renferme des grimoires et des romans modernes

Le libraire homophobe n’y est pas très poli

Tant de livres gardés par une si vieille baderne

 

Plus loin on peut trier d’anciennes cartes postales

Ou se faire arnaquer par un rasta qui rit

Ou attraper la grippe en payant de vraies balles

Qui ressortent tôt ou tard de la bouche d’un fusil

 

On passerait une vie dans ces charmantes allées

Qui aident à dégrossir tous les porte-monnaie

Mais qui surtout remettent un peu de baume au coeur

À tous les fatigués, à tous les corps en pleurs

 

C’est l’âme de Saint-Ouen qui vit dans ce marché

Qui réunit badauds des villes et des campagnes

Autour d’un bric à brac fait de capes et d’épées

Qui ravira vraiment vos fils et vos compagnes

2019-03-05T18:28:49+02:00

Leave A Comment